Adeline Cacheux, La Discrète

imageT adeline

Dans la constellation des créatrices de bijoux, il y a la famille des discrètes dont Adeline Cacheux fait clairement partie.

Adeline ne joue pas les stars sur les salons, ne se met pas en scène sur les réseaux sociaux, et ne parade pas dans les soirées hypes parisiennes. Loin des feux de la rampe et des coins branchés où l’on se montre, elle poursuit tranquillement son chemin depuis maintenant 8 ans, créant de ses propres mains des bijoux en argent massif et en vermeil qui lui ressemblent : sobres comme une architecture moderne, équilibrés comme une figure géométrique, massifs comme le métal dont ils sont constitués, aériens et poétiques.

manchettepano

Son nom m’était familier, car Adeline a commencé sa carrière dans les bijoux sur les chapeaux de roue en créant plusieurs lignes pour la marque Christofle, rentrant ainsi dans la prestigieuse écurie des designers recrutés par la marque, dans la lignée d’Andrée Putman, excusez du peu !
Ses lignes « Perle Fluidity » et les « Enchaînés » font toujours partie du catalogue Christofle, et j’avais eu à l’époque un vrai coup de cœur pour ses lignes fluides et intemporelles, validées depuis par un réel et durable succès commercial.

Par contre, je ne savais pas qui était Adeline, et je n’avais jamais vu de photos d’elle, jusqu’à ce jour ou j’ai retrouvé ses bijoux chez Matière à Réflexion, la boutique de créateurs pointus de la rue de Poitou, et ou j’ai eu envie de la rencontrer.

Elle m’a tout de suite donné un rendez-vous chez elle ou elle travaille, dans le charmant quartier du 20e qui jouxte le Père Lachaise et la place Gambetta. Il pleuvait des trombes d’eau lundi quand je suis arrivée chez elle, on s’est tout de suite installé dans son salon qui fait aussi office de bureau, showroom et atelier de joaillerie.

Adeline a la spontanéité et la fraîcheur des personnes qui sont passionnées par leur métier. Son chez elle et son job sont totalement imbriqués, on sent qu’elle vit au rythme des bijoux en argent qu’elle façonne et polit elle-même, et que le travail de la matière, comme elle dit, le tripatouillage des chaînes et les associations multiples qu’elle fait entre les différentes pièces est sa source d’inspiration.

AdelineAtelierpano

Elle me raconte son parcours qui contredit son air juvénile. Adeline a le look et l’air d’une éternelle ado, mais elle a derrière elle un solide parcours. Après des études d’histoire de l’art, elle intègre la célèbre galerie Perrotin (une merveille du marais qui expose en ce moment l’œuvre de l’artiste chinois Chen Zhen *).

Là, elle touche à peu près à toutes les facettes du travail dans une galerie d’art, de l’accueil des artistes à la logistique, en passant par l’organisation des expositions. Mais ce qui la passionne particulièrement, c’est la production. Ce qu’elle aime avant tout, c’est plonger dans un projet artistique, en envisager les différentes étapes, l’organiser, le construire, et l’achever. Adeline aime être en prise avec l’objet, cela revient dans son discours, elle a besoin de mettre la main à la pâte.
« Je ne dessine pas, je préfère me mettre devant mon atelier et faire, c’est comme ça que me viennent les idées ».

À force de travailler avec des artistes et de les accompagner dans leurs projets, elle développe l’envie de leur proposer un truc a elle, et ce truc, ça va être les bijoux.

Elle me dit avoir été influencée par l’artiste Paola Pivi, dont une imposante sculpture de perles décore le mur de son salon. Elle décide de suivre une formation à l’art du métal de l’école Boulle, elle veut absolument faire ses bijoux elle-même, déléguer le moins possible. Et dès qu’elle maîtrise la technique, elle réalise d’emblée sa première collection, immédiatement adoptée par son réseau des galeristes, et de fil en aiguille, par la maison d’orfèvrerie Christofle, qui en fera son premier succès.

Pendant qu’elle me raconte son parcours, une éclaircie a réussi à percer entre les nuages plombs, la pièce s’illumine.

boulier bracU

Je sors mon appareil et Adeline me montre les dernières pièces de ses collections, les manchettes grillages, les bagues boules asymétriques, les boucles d’oreilles légères et graphiques, la gourmette ou l’argent se métamorphose en or, les bracelets joncs détournés en U, les effets de bouliers sur des spirales, sa bague de phalange articulée.

boucles bracchaines

J’essaie des pièces, elle m’en fait découvrir d’autres, et je me rends compte que son image de créatrice rock ne correspond pas tout à fait à ce que je découvre de son travail.
Certes, ses créations ne sont pas classiques, dans le sens pas attendues. Quand elle fait un nœud avec une chaîne, ça devient une fleur, ses bagues boules ouvertes sont une forme totalement revisitée des traditionnels toi & moi, son bracelet U propose un motif de coté et non pas central, et sa manchette grillage mixe étonnamment une chaîne souple avec une structure métallique rigide.

Mais dans tout ce que je vois et essaie, tout est très poétique, féminin, lumineux, pas du tout dans l’esprit rock au sens rebelle du terme. D’ailleurs moi je porterais tout, et on peut pas dire que j’ai un look qui « déchire »…

bagues boules manchettesgravées

Quand je lui fais cette remarque, elle sourit, et me dit qu’en effet sa clientèle est multiple, et par forcément rock. « Ça doit être mon logo qui fait ça ! » dit-elle.

Mais oui bien sûr !! Effectivement, ses initiales, A.C, séparées par un éclair et logotypées à l’identique du célèbre groupe des années 70 AC/DC, insufflent un esprit totalement rock et rebelle à son image, que je décode moi de façon différente.
Mais si Adeline a choisi cet esprit-là pour signer sa marque, c’est sans doute que son sourire lumineux et ses yeux clairs cachent une petite once de rébellion, ne serait-ce que sur le mode de la nostalgie…
Et puis, finalement, AC/DC, c’était le groupe de la tendance « heavy metal », n’est-ce pas le meilleur clin d’oeil que pouvait faire Adeline à son travail, un travail épris de liberté et farouchement ancré dans le maniement de sa matière favorite, le métal !

MY FAVORITES

myfav bagphal myfav bracgourmet

myfav bracgrillage myfav col

myfav bragchaine myfav bracchaine

myfav saut2 myfav saut

 

* Exposition Chen Zhen,  » Fragments d’éternité », Galerie Perrotin, 76 rue de Turenne 75003 Paris

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>