Chaîne de talents

imageT chaine 

La fashion week est comme une tempête, elle a  cela de particulier qu’elle met tout le monde sur le pont, et puis elle s’arrête en laissant derrière elle un équipage épuisé et pantelant, mais heureux d’avoir vaincu les éléments.

Par tout le monde, j’entends les créateurs de mode, d’accessoires et de bijoux, leurs équipes commerciales, les acheteurs, les boutiques, les journalistes, les agences de presse, les blogueuses, les It girls, les mannequins, bref, tout ce monde qui vit de ce business, et qui vient à Paris cette semaine là.

Perso je ne suis pas très mode, je ne jure que par les basiques qui m’évitent les casse-têtes vestimentaires du matin, et l’accessoirisation quotidienne de ma personne me fatigue d’avance. Pas glorieux, je suis une piètre blogueuse car le nombre de likes des plus populaires est très lié à la variété et à la créativité de leurs tenues, et aussi à leur talent pour se mettre en scène dans des décors de rêves aux cotés de VIP. Tant pis pour les likes, je préfère les mots !

Mon truc à moi, c’est vraiment les bijoux, et ce monde là est très éclectique, peu starisé contrairement à la mode. Les grandes marques médiatisent modérément leurs créateurs, et à part quelques têtes d’affiche comme Marie Hélène de Taillac ou Aurélie Biderman, il y a aussi beaucoup d’artisans timides, d’étoiles cachées, de chefs d’entreprises pragmatiques, de marketeuses habiles, d’étoiles filantes, de débutantes gentiment hystériques, et de designers aussi surdoués qu’inconnus du public.

lesprecieuses - mariehelenedetaillac boucles marie helene de taillac

Ce que j’aime dans ce métier, c’est ce meltingpot de parcours et de personnalités, cette diversité qui amène aussi bien une designer textile américaine, une financière de la City, une styliste mexicaine, une aristocrate globe trotteuse, un directeur artistique design graphique, un sculpteur, une yogi californienne, une new-yorkaise-amérindienne diplômée en art et philosophie, une ex-marketeuse grecque, ou un designer brésilien, à se passionner pour les bijoux, et à se faire leur place dans ce marché aujourd’hui prolifique.

Collection bijoux fernandoJorge MY FAV fernando2 copie

J’ai passé la semaine dernière à naviguer dans le triangle d’or Marais-Tuileries-Vendôme, à écumer les salons, show-rooms, et présentations privées des marques, à revoir des créateurs que j’aime et à en rencontrer de nouveaux, et cette frénésie de rencontres m’a donné la sensation que la création, en matière de bijoux, vit un age d’or, peut être à l’inverse de la mode, qui selon la grande oracle Li Edelkoort, serait en train de creuser sa propre tombe…

Selection bagues Brooke Gregson MY FAV Brooke1

La mode est prisonnière des grands groupes, de la pression de la rentabilité à court terme, de systèmes de commercialisation aussi impitoyables qu’étouffants pour la créativité, son système ne produirait plus rien d’essentiel, que de l’éphémère validé par le pernicieux système des likes, aussi superficiel que fugace, et par la dictature des annonceurs dans la presse.

Jewels Dorette MY FAV Dorette2

A l’inverse, dans les bijoux, la prise de risque est l’essence même de chaque nouvelle marque, les créateurs se jettent dans l’aventure car ils savent qu’avec des moyens raisonnables et beaucoup de talents, ils peuvent réussir à émerger, créer un style, une nouvelle façon de porter un bijou, une identité forte, une référence à un besoin anthropologique qui fait écho en chacun de nous, et qui nous permet de jouer notre jeux esthétique personnel.

MY FAV Sia1 MY FAV Sia2

Les créateurs que j’ai rencontrés forment une chaîne : d’où qu’ils viennent, ils sont liés par l’envie de créer, plus forte que la pression des business modèles. Ils ont la fascination des matières et des pierres, le désir de partager leurs choix esthétiques avec leurs clients, leurs distributeurs qu’ils choisissent avec circonspection, et avec leurs artisans, qui grandissent avec leur marque.

Collection Marie Laure Chamorel  MY FAV MLC2

Ils prennent des risques personnels, investissent leurs économies, lâchent un job salarié, voyagent pour sourcer leurs matériaux, choisir leur lieu de production, s’inspirer de techniques artisanales ancestrales, rencontrer leurs clients. Ce sont des globe-trotters qui incarnent leurs marques, leur image est leur propre personne et souvent, il suffit des les regarder pour comprendre l’esprit de leur créativité : tout est lié.

Monique Pean création bijou MY FAV monique2

Je crois que c’est avant tout ce que j’aime dans cet univers des bijoux, c’est cette liberté dans la création, cette prise de risque, et cette passion pour l’objet, la matière et la fabrication artisanale, qui va totalement à l’inverse de l’uniformisation mortifère que nous imposent les grands groupes de mode. Il y a une personne réelle, de la sueur et des larmes, et une passion palpable, derrière ces créations qui me font rêver. Et si elles sont chères, c’est parce que la pièce ne peut être réalisée qu’en petites quantités, qu’un atelier artisanal a mis des heures à mettre au point le modèle, est que la cliente finale portera un bijou dont elle pourra s’approprier l’histoire, pour elle toute seule.

Coquillages sertis diamants Dezso sara Beltran MY FAV Dezso2

Dans mes passions de la semaine, il y a les pierres sublimes flottant entre deux doigts de Marie Hélène de Taillac, les mouvements fluides des pierres taillées de Fernando Jorge, les sertis antiques d’opales chatoyantes de Brooke Gregson, les bonbons translucides de Dorette, les dentelles de chaines de Sia Taylor, les tissages incroyablement subtils de chaînes et soie de Marie Laure Chamorel, la perfection des constructions architecturales en fossiles de dinosaures de Monique Péan, , les coquillages sertis de gouttes de diamants de Dezso, et le magnifique travail de Jean Grisoni autour de la chaîne, apothéose de la création autour d’un sujet au multiples symboliques, incroyablement inspirant.

Vive la Jewel Week, et vive la création !

A lire : le livre de Jean Grisoni, CHAÎNES, éditeur LePassage, une mise en image somptueuse et poétique de son infinie inspiration sur les chaines, dont est tirée mon image titre pour ce post.

chaines livre de Jean Grisoni chaines livre2

Share Button

4 réflexions sur “Chaîne de talents

  1. Superbe article 🙂 Je n’ai pas la plume aussi belle que vous mais en deux mots, j’ai eu beaucoup de plaisir à vous lire. Je vous rejoins complétement sur votre analyse du marché et de ce beau monde du bijoux où l’on trouve encore un grand nombre de passionnés…
    A bientôt,
    Alexandra

  2. Je me joins à Alexandra, que je ne connais pas, pour dire combien ton analyse du monde des créateurs de bijoux est juste. Bravo Sylvie ! Ton petit blog deviendra grand. Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *