Etat de foot

imageT foot

Depuis quelques jours, l’ambiance a changé chez moi.

Le frigo est rempli de canettes de bières et de pizzas, et j’assiste impuissante à une dégradation consternante de la déco de mon salon, les fauteuils sont réorientés face à l’écran de TV façon salle de cinéma, et mes chastes oreilles souffrent des hurlements sporadiques qui viennent de cette pièce improvisée en salle de réunion de sauvages.

Je fais parfois une incursion pour implorer moins de bruit, mais je lâche vite l’affaire face aux regards vitreux qui me regardent avec indifférence, alors je retourne dans mon antre, en prenant bien soin de refermer les deux portes sur mon passage.

C’est normal, la coupe du monde a commencé il y a 3 jours, je partage ma vie avec 3 hommes, (dont deux sont mes enfants cette précision me semble indispensable), et ma sagesse me souffle qu’il vaut mieux adopter une attitude constructive face à cette situation plutôt que de m’éreinter à la combattre.

La première solution, fortement suggérée par mes hommes, était d’accepter ce sort non seulement avec bonheur, mais aussi avec enthousiasme. Mon cadet m’a dit ce matin, «  tu sais m’man, il y a plein de femmes qui adooooorent le foot maintenant, la mère de Vincent regarde tous les matchs et a mis des drapeaux du Brésil à chacune de ses fenêtres, c’est cool ». Pauvre femme… Je les ai regardés avec toute la grace dont j’étais capable, et leur ai garanti que jamais au grand jamais, la visions d’agités pour la plupart incultes, milliardaires et pour certains consommateurs illicites de prostituées prépubères avait la moindre chance de capter mon intérêt.

GiseleBon je sais que mes arguments sont très chargés en mauvaise fois, mais quand on n’aime pas, on n’a pas peur du tout de la mauvaise fois. Ce n’est pas parce que la sublime Gisèle Bündchen fait la une du Elle en voilant sa parfaite nudité dans le drapeau du Brésil que toutes les femmes doivent devenir des groupies décérébrées du foot.

Ayant rejeté l’option participative, et compte tenu de la grande liberté que me donne la perspective d’un mois d’activité monomaniaque de mes boys, j’ai décidé de prendre la tangente. Je ne suis plus chez moi, mais Paris est grand, fourmille d’opportunités et j’ai un mois devant moi pour faire ce que je veux dans la plus grande liberté. J’ai donc décidé, à partir de maintenant et cela jusqu’au 13 juillet, d’instaurer « le régime coupe du monde » à la maison. Ce régime particulier a pour mérite de m’éviter de faire la tambouille, je l’ai dit on est parti pour un mois de junk-food pizza-knakies devant la TV (buurk !) et m’offre de merveilleuses soirées libres.

Donc dans les semaines qui viennent, je vais me payer une bonne tranche de dîners avec mes copines, dîners avec mes copains qui n’aiment pas le foot mais qui aiment les femmes (les mecs biens qui restent sur cette terre dévoyée), cinémas de comédies romantiques et films d’auteurs, expos en nocturne, apéros rosé-fiesta sous le pont Alexandre III, mojitos à la Favella chic, tapas-rioja au marché Saint Germain, et Ruinard à la Perle. Une fois que j’aurai écumé tout ça, et pour finir de me venger de l’indifférence totale que me font subir les hommes de ma maison, et de tous ceux qui sont comme eux passionnés par le foot, je ferai une razzia de fringues aux soldes Zadig, Maje et les autres, et je m’offrirai, c’est sur, le bracelet Copacana d’Aurélie Biderman, ou ceux de Aimée.Aimer et de Cruciani chez Colette. Et na !

 Et vous les filles, vous faites quoi ??

MY FAVORITES

myfav AB myfav Hipamena

myfav AiméeA myfav Cruciani

Share Button

2 réflexions sur “Etat de foot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *