Jeune vieillis pas

imageT jeunes

Jeune vieillis pas.

J’ai piqué ce titre à la copine d’une copine, qui a créé ce blog dédié aux femmes « matures », les vioques de 50 piges, comme moi.

Je ne pense pas être obsédée par le fantasme de l’éternelle jeunesse, mais en même temps, je fuis les médias ciblés middle life, je trouve ça humiliant d’être classée dans cette catégorie, ça sent la naphtaline, pour ne pas dire le sapin. C’est comme si on créait une catégorie spéciale plombée par un énorme handicap, avec pour challenge improbable de la rendre attractive, en criant haut et fort « nous aussi les vioques on a le droit d’exister et d’être intéressantes et branchées », mais en fin de compte, je trouve ça pathétique… enfin en général.

Parce qu’à l’inverse de ça, le blog de Virginie est très drôle et touchant, elle dit qu’elle veut devenir la Garance Doré de l’age d’or, je pense qu’elle en prend le chemin. Elle se moque beaucoup d’elle-même, mais elle parle aussi des autres, elle ne se montre pas, elle est très pudique, elle ne balance pas des photos d’elle à semi-poil ou en mini jupe-Louboutin, mais finalement ça marche, parce que ses petites anecdotes sont marrantes, qu’elle parle vrai, et que je ressens un truc que je partage complètement avec elle : dans la tête on a toujours 15 ans, et ça je pense que ça ne va pas changer jusqu’à 80 berges, je serai toujours aussi puérilement fifille que quand les premières hormones me montaient au cerveau. La seule différence, c’est que maintenant je sais m’en méfier, mais c’est tout !!

Et pourtant, à 50 piges, il faut bien avouer qu’on n’aime plus les mêmes trucs qu’à 20. Je préfère Juliette Binoche à Léa Seydoux, The Honourable Women à Game of Thrones, Inès de la Fressange à Constance Jablonski, un vieux Somerset Maugham à 50 Nuances de Grey, la crème UV 50 à l’huile bronzante au coco, le maillot couture au maillot triangle, un verre de bon vin à un pétard, « La route de Madison » à « Hunger Games ».

Il faut dire que l’été est propice aux réflexions (profondes) sur le temps qui passe. En maillot toute la journée, on peut s’auto-évaluer et surtout se comparer sur les critères essentiels de fermeté des chairs, de satiné de la peau, de galbe plus ou moins naturel des nichons, et de la tenue du postérieur. Avec au final le couperet qui tombe, ou pas : « celle-la, elle est encore pas mal pour son âge ». Comme si à nos âges, finalement, l’enjeu majeur serait de tenir le choc, de lutter, de ne pas laisser le temps faire son impitoyable ouvrage, pour faire en sorte que l’enveloppe extérieure démente notre année de naissance, et nous donne un sursis de jeunesse, de séduction, et de confiance en soi. Ci joint la photo emblématique de mon été, moi et 3 copines (il en manquait une qui prenait la photo et qui n’est pas franchement la plus moche), ça se passe de commentaire, sinon qu’on a, à nous 4, plus de 200 ans, mais qu’on continue à faire des photos de greluches de 20…

gonzesses2 

Et puis l’été, on est confronté à la dure réalité : il y a aussi les bars-restos qui se transforment en boite de nuit et qui brassent 3 générations, les petites copines des garçons qui ont vraiment la chair ferme et le visage angélique de nos 20 ans révolus, qui se trémoussent en shorty ras les fesses sur la piste de danse jusqu’à 5 heure du mat, et qui nous narguent le lendemain matin, fraîches et roses sur la plage malgré les 10 mojitos ingurgités la veille, quand on en est à 4 dolipranes et la tête de mérou pour une dose moitié inférieure.

Il y a aussi le cours de surf avec des dieux grecs baraqués de 18 ans, qui se lèvent sur la vague comme si ils descendaient de leur lit, alors que je me rétame comme une baleine sur 10 tentatives infructueuses, j’ai beau crâner, je dois bien avouer que mon corps ne répond plus exactement au doigt et à l’oeil aux ordres que lui donne mon cerveau.

Et enfin, il y a toutes les photos ridicules des journaux People, qui nous rappellent que les stars n’échappent pas au terrible outrage des ans, malgré leurs efforts surhumains pour échapper au sort commun. Sophie Davant en position mémère sur son paddle, Kate Moss légèrement défraîchie par la sur- consommation de clope-rosé, et j’en passe…

Cet été, les témoignages super touchants de Macha Méril qui raconte son mariage avec Michel Legrand à l’age de 74 ans, et les 20 commandements de Meryl Streep sur les bonheurs de la pensée « mature », ainsi que le coming-out de Sharon qui fait la pub pour les injections d’acide hyaluronique et pose nue à 57 ans, m’ont réconciliés malgré tout avec cette tendance vieux-issme, j’ai trouve ça frais (trad de cool chez les djeunes).

Ca veut dire que notre modernité n’est pas incompatible avec ce nouveau paradoxe : ok on va lutter pour avoir le corps et l’âme pas trop décatis, mais en même temps, on accepte ce foutu temps qui passe, et qui redonne d’un coté ce qu’il nous prend de l’autre. Soyons honnête, on regrettera toujours la période bénie et fougueuse de la jeunesse, mais la tranquille assurance de la maturité a du bon. J’avoue humblement que le graal de la sagesse mature n’a pas tout à fait agi sur moi, il ne m’empêche pas d’avoir de sérieuses rechutes, de déraison bien sur !!

En parlant de déraison, et en particulier de folie dépensière, voilà mes adresses préférées de boutiques sympas sur Saint Jean de Luz, la ville de mes étés, là où j’amène toujours mes copines pour craquer sur plein de trucs, et aussi s’amuser, et aussi se faire belle, et aussi s’enivrer, pour se sentir … toujours aussi Djeunes !

Le Vestiaire : 98 rue Gambetta, Saint Jean de Luz, 05 59 26 36 12

Créée par Catherine Jimenez, acheteuse hors pair, reine du merchandising et décoratrice de talent, cette boutique est pour moi la Mecque de la mode à St Jean. Il y a différents univers couleur savamment orchestrés pour donner envie de s’acheter le pull bleu Not Shy qui va avec le bon slim et les chemisiers Diega à tomber, les blouses bohêmes colorées de Christophe Sauvat, l’ancien de Antik Batik, les baskets top mode à paillettes de Philippe Model, les sublimes écharpes Epices, les robes et sacs ravissants de la marque Italienne Maliparmi, les fourrures Vencourverts, et les bijoux Harpo, Pascale Monvoisin et les bracelets Colombiens de perles tissées Mishky. On y est toujours reçu chaleureusement par Naiara, et maintenant de jolis objets et tapis déco chinés par Catherine. Un vraie mine !

Vestiaire12

Vestiaire10    Vestiaire8

Vestaire6

 

Scènes D’ailleurs : 31 rue Martin de Sopite, Saint jean de Luz, 05 59 26 18 88

Chez Catherine Vion, encore une Catherine ! décoratrice et dénicheuses d’artisans du bout du monde, je peux passer une heure à m’extasier devant tous ses objets magnifiques, vaisselle, suspensions ( j’ai craqué sur un truc dingue en tiges de figuiers tressées qui vient de Tunisie…), lampes, coussins, canapés, tapis, meubles. Son univers est éclectique, coloré, gai, raffiné, exotique, avec mention spéciale pour un peintre espagnol, The Catman dont les immenses tableaux éclaboussent les murs de couleurs vives. J’adore me perdre dans son bazar poétique !

scenedailleurs1

scenedailleurs2

 

Contre vents et Marées, 14 rue Loquin, Saint Jean De Luz 05 59 26 03 05

Charmante boutique installée là depuis 25 ans par la styliste Patricia Desmezieres, qui créait pour la ligne de vêtement éponyme. D’abord il y a le sol de cette boutique, une sublime mosaïque colorée dessinée par l’artiste peintre Michel Hacala, une merveille ! Et puis il y a le goût singulier de Patricia , qui déniche des marques de mode et d’accessoires super originales, toujours tendances, chics et singulières : les jolies robes de Laurence Doligé, les blouses colorées et cool Hartford, les sublimes maillots de bain de la marque espagnole Siyu, les vestes et jupes de la marque Italienne Pomander, des boots en python et une veste blanche en fourrure Gushhlow & Cole à tomber, plein de bijoux et sacs chinés ou trouvés chez des créateurs souvent inconnus mais hyper talentueux. Mon autre mine !

CVEM4    CVEM2

CVEM7    CVEM8

 

Tsanga Tsanga, 1 place Maurice Ravel, Saint jean de Luz, 05 59 51 18 94

Super boutique de déco, plutôt design, qui offre un judicieux mélange de suspensions ravissantes (Moa, les suspensions en bois découpé qui viennent de Nouvelle Zélande) les guirlandes lumineuses des Tsé & Tsé, de la vaisselle sublime, des bougies parfumées, linge de maison, vides poches en papier Uash Mama, les sacs en toile recyclée Khadi & Co, des petits tapis tissés en matière plastique (super top, joli et pratique !), les bijoux colorés Eva Kristal (entre autre, il y a toujours des marques de bijoux fantaisies sympas) bref, une caverne d’ali baba pour faire des cadeaux géniaux, aux autres et à soi même !

Tsanga4

Tsanga7    Tsanga6 

 

Institut de Beauté Muriel, 37 bd Victor Hugo, Saint Jean de Luz, 05 59 26 69 54

Dès que j’arrive chez Muriel, je suis de bonne humeur, sans doute, dû à la gaieté explosive de Muriel. Elle est drôle, hyperactive, super pro, elle chouchoute ses clientes, blague sans arrêt, fait les meilleurs épilations et soins de Saint Jean, propose les plus jolis parfums d’Annick Goutal à Serge Lutens, en passant par l’Occitane . Bref, je ne veux pas faire de mauvais jeux de mots, mais chez Muriel , on se dé-poil et on se poil. C’est dit !

Muriel4 Muriel5

 

Chez Renault, au bout du bd Victor Hugo, Saint Jean de Luz

The place-to-be cet été le soir à St Jean, l’ancien garage Renauld récupéré temporairement par des rois de la fête, pour boire un verre à partir de 19h, écluser des Mojitos à partir de 20h, se goinfrer au choix de moules, hamburgers, fruits de mer, bagels, assiette de Serrano, glace ou jus de fruits frais pour les plus raisonnables, pour danser sur le rythme hilarant de Michel Vedette, écouter de la musique ou mater les vidéos époustouflantes des surfers professionnels, un endroit où on passe un moment magique, pour tout age, fréquenté assidûment de 7 à 77 ans !!

Renault3

Renault2 Renault4

 

Et aussi mais ça ne rentre pas trop dans mes attributions habituelles, les macarons à tomber par terre de la maison Adam, les pâtisseries à se damner de chez Pariès, les plus beaux bouchers (yesss véridique, une assemblée de beaux gosses, du pur basque !! ) et la viande la meilleure de la planète chez le Boucher des Familles, et les petits restos typiques autour des halles, bref, plein de bonnes choses irrésistibles !

Si j’ai oublié des endroits topissimes que vous adorez, n’hésitez pas à me le dire !

Share Button

15 réflexions sur “Jeune vieillis pas

  1. Hommage à toutes les cinquantenaires « comme moi », un âge sublime qui m’a conduit vers la sérénité après tant de turbulences , qui m’a donné force, liberté, estime de moi… super article, vous êtes top les nanas et pas vioques du tout !

    • Merci Ma Poulette, la marseillaise a un atout indéniable sur les parisiennes: sa paire de lolos toujours bronzée, sans compter le maillot sirène en argent massif !! la biz

  2. Dur dur le temps qui passe… tout se qui est ecrit ( serenite, maturite, gouts plus surs..) me parle, mais je regrette le temps ou je regardais un mec dans les yeux sans penser  » mes cernes, mes rides…, a quand l’operation des paupieres… » C’est bizarre car la vraie vie demontre le contraire: moins de drague mais quand drague reciproque, c’est plus , comment dire, plus subtil…
    La marseillaise qui n’a jamais les seins bronzes pour cause de phototype 1, quand au maillot argent, je vais reflechir!

    • Bravo Sonia, suis d’accord, il faut du courage et de la lucidité pour bien avancer dans le temps !! A bientôt pour notre prochaine reu philo ! Biz

  3. Hello Sylvie,
    Quel bonheur de te lire!!! Tellement vrai et frais!! Pas une ride dans la maturité et la sérénité.
    Une réelle cure de jouvence et un vrai baume à nos petites plaies de « vioques ». Surtout, ne t’arrête pas et continue de nous enivrer de ta belle plume.
    A bientôt

  4. Quelle chouette explication du temps qui passe notamment pour les femmes….
    Tu as l’art et la manière d’exprimer de manière subtile ce qui nous arrive à toutes…..
    Mais tu veux les sublimer avec de jolies bijoux!!
    Continue à nous faire rêver avec ton blog, j’en suis fan.

  5. Et quand on vient juste de passer 60 ! qu’on peut avoir la carte Seniors ! mais que vraiment c’est comme si on vous parle d’une autre époque …
    Ton papier est vrai, léger et joyeux comme les 3 jours que j’ai passés avec toi cet été, comme si nous avions 20 ans … mais en mieux !

  6. merci pour ce beau et tendre texte que je viens de recevoir, tout y est dit (ou presque!) et tout ce qui est dit est vrai!!merci pour ces adresses de saint jean luz, ça donne vraiment envie d’y aller…vite vite un we sur la côte atlantique…ça nous changera de la méditerranée!!
    véro de cannes

    • Merci Véro pour ce message qui me touche beaucoup, trop contente de savoir que mon blog voyage dans le sud, et que je peux y partager mes petites histoires !
      A bientôt j’espère, à Paris ou Cannes !
      Biz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *