Une fille un bijou : Louise

imageT Louise

Une fille un bijou…

Même la fille qui n’est pas du tout bijou, possède au moins un bijou spécial qui a sa petite histoire, un souvenir, un amour, un regret, un secret.

Alors pour Louise, qui est une pro des bijoux, qui a une mère styliste de mode folle de bijoux, et qui les adore elle même, c’est une encyclopédie du bijou que je dois vous raconter.

J’ai rencontré Louise il y a un an et demi, au cours d’un voyage de presse à Beyrouth autour du joaillier Selim Mouzannar, et j’ai tout de suite adoré sa spontanéité super craquante.

Elle est la Madame Bijou-Joaillerie d’un grand magazine de mode-lifestyle, elle connaît cet univers par cœur, et comme toutes les journalistes de supports qui comptent, elle est très courtisée par les marques, toutes les marques, de très très belles marques.

Pourtant, Louise a gardé cette fraîcheur sans distance des débutantes, ce qui constitue une aspérité notable dans ce milieu. Elle rigole beaucoup, surtout d’elle-même, parle cash de ce qu’elle aime, ou pas, et défend ses coups de cœur avec beaucoup de sincérité.

Je trouve qu’elle a gardé un œil enthousiaste sur la création, pas du tout blasé par les mécaniques implacables favorisant les marques annonceurs dans la presse.

Contrairement à certaines de ses consœurs, son job de journaliste ne lui a pas inoculé le virus de la célébrité sur les réseaux sociaux : elle n’a pas de compte Instagram ni Facebook, elle ne profite pas de ses voyages de presse sous les tropiques pour se self-iser en maillot de bain au bord de piscines 5 étoiles, et elle préfère suivre le cycle philo de Charles Pépin le lundi au mk2 Odéon que de sillonner les cocktails parisiens.

Quand je lui ai dit que je voulais faire un post sur elle et ses boucles d’oreilles vintages, j’ai senti le vent de panique. « Tu vas pas me photographier quand mêêêême ?!!! » Le comble de la discrétion quand on connaît Louise, jolie comme un cœur, blonde diaphane, yeux de biche et taches de rousseur, une Mia Farrow qui fuirait le feu des projecteurs …

Je suis passée chez elle un soir de décembre, j’avais la méga crève de l’hiver, elle m’a préparé un thé délicieux de Mariage Frères pour me remonter le moral. Son appartement est à son image, lumineux, poétique, plein d’objets ravissants qu’elle a chiné au cours de ses reportages.

salon

Elle m’a déballé ses trésors, une collection de boucles d’oreilles vintages de sa mère et de sa grand mère, dont les trois merveilles qu’on s’est amusées à photographier. Les perles d’eau douce lui viennent de sa grand mère maternelle, les boucles d’or ornées d’un grenat on été chinées chez un antiquaire, et les boules dorées et turquoises viennent du souk d’Istanbul. Louise a porté les boucles d’oreilles que lui offraient sa mère depuis ses 16 ans, et elle m’a toujours dit que c’était le premier pas qui l’a menée à sa passion actuelle des bijoux.

troisBO

3portes

En bonne collectionneuse, Louise sait faire des mélanges qui ont beaucoup de personnalité : ses boucles longues anciennes, couplées avec son petit clou d’oreille triangulaire de chez Lizzie Mandler, et ses bagues fines à tous les doigts, qui déclinent ses derniers coup de cœurs pour Aimée Aimer, Yannis Sergakis ou Lovingstone.

Louise2

On a continué comme des gamines à faire l’inventaire de nos dernier crushs, les classiques, les modes, et les vintages, ce qui nous a pris au moins une bonne heure. Et quand on a eu fini sur les bijoux, on a enchaîné sur les hommes, parce que finalement, autour de la triangulaire envie-désir-plaisir, les sujets sont très proches non ??

Vers 20h, les enfants (modèles, je ne les avais pas entendus) de Louise ont débarqué se plaignant de la faim.

Moi j’ai remballé mon Canon, Louise a minutieusement rangé ses boucles d’oreilles vintages dans sa boîte à trésors, et on s’est quittées en se disant qu’on préférait écrire des histoires, que poser à poil au bord de piscines d’hôtels 5 étoiles pour gagner des followers sur insta.

Une vraie réflexion philosophique de filles, comme je les aime !

ensemble

Pour trouver des boucles d’oreilles vintage du style de celles de Louise, je vous conseille :

Darys, 362 rue Saint Honoré 75001 Paris

Le vase de Delft, 2 rue du Marché Saint Honoré, 75001 Paris

Casoar,15 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris

Etsy, etsy.com, boutique Victoria Sterling

Et sur les conseils de Sylvie Corbelin:

Bruno Pépin, passage Vérot Dodat, 23 Galerie Vero Dodat, 75001 Paris

La Galerie Parisienne, 26 rue de Seine, 75006 Paris

Fabian de Montjoye, 117 rue Saint Honoré, 75001 Paris

Patricia Timsit, puces de Clichancourt / St Ouen, Allée 1, stand 30 bis

Share Button

3 réflexions sur “Une fille un bijou : Louise

  1. Pingback: Les BO’s vintages de Louise | Bijoux or diamant

  2. Bonjour 🙂 Nous sommes une entreprise spécialisée dans la vente de pierres précieuses, semi-précieuses et bijoux. Nous avons découvert votre blog récemment et trouvons votre article particulièrement intéressant ! On peut sentir la passion dégagée par cette créatrice seulement après quelques lignes…
    Nous proposons des gemmes de qualité à des prix compétitifs. Nos produits pourraient certainement l’intéresser, et vous aussi ! 🙂
    N’hésitez pas à visiter notre page Facebook et notre site internet pour plus d’informations !
    Nous continuerons de suivre votre travail. Très bonne continuation à vous ! 🙂

    Dashrath International France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *