Les images d’Elsa

 imageT lesimages d'Elsa

Depuis que j’ai commencé mon blog, ça fait maintenant 1 an et quelque, je passe beaucoup de temps sur internet, et je me suis familiarisée avec des sites ou des blogs que je consulte régulièrement. Certains sont devenus tellement familiers que j’ai l’impression de connaître la personne qui est derrière, c’est un peu le cas de Lise de Tendance de Mode, de Géraldine de Café Mode, de Barbara de l‘Atelier bijoux créateurs, ou d’Elsa des Trouvailles d’Elsa.

Bien sûr il y a d’autres sites marchands que je consulte régulièrement, comme Stylebop, Ylang23, Twistonline, Moda Operandi ou Net-à-porter, mais comme ils ne sont pas incarnés par une personne, ce sont juste des outils, je n’y suis pas particulièrement attachée. Alors que Lise, Géraldine, Barbara ou Elsa sont un peu comme des copines que je consulte sur le net pour avoir leur avis, je sens une vraie connivence avec elles, qui n’est pas que professionnelle, disons une convergence de goût.

Je voulais rencontrer Elsa depuis longtemps, car je suis fan de son e-shop de bijoux et accessoires de créateurs. J’aime beaucoup sa sélection, que des marques dans l’air du temps, poétiques, colorées et accessibles, on peut craquer sur les Trouvailles d’Elsa sans mettre son compte dans le rouge et surtout, on a toujours envie de quelque chose, parce qu’Elsa, en bonne fashionista, sait mettre en valeur ses bijoux dans des looks de sa composition.

look2

Son site marchand est porté par son image, c’est un bon mélange entre une boutique, un blog façon moodboards et ses looks, qu’elle crée elle même à raison de 3 par semaine, et qui donnent toujours envie de porter ce qu’elle se met sur le dos. Elle est super photogénique et fait ça de façon à la fois simple et pro : la tenue qui va avec le sac qui va avec les lunettes qui vont avec les bijoux, et elle choisit habilement un mix de pièces accessibles et d’autres un peu plus chères mais pas trop, qui rendent ses looks tout à fait envisageables dans la vraie vie. Bref, Elsa, c’est la copine super jolie qui sait se qui lui va, qui a du flair, et qui est toujours de bon conseil quand il s’agit de donner des idées pour se faire belle. On a envie de la suivre, et c’est ce qui fait son succès.

short-bijoux-corail bracelet-pascale-monvoisin-corail

Elsa m’a donné rendez-vous dans son bureau, une grande pièce baignée de lumière d’un immeuble très ancien, entre les Halles et la rue Saint Honoré, qu’elle partage avec deux autres jeunes entrepreneuses, modeuses comme elle. Quand je l’ai vue, je l’ai trouvée encore plus jolie que sur les photos, parce qu’en vrai, elle n’arrête pas de rigoler, ce qu’elle ne fait pas sur ses photos, elle dit que ça lui ferme le yeux (on a toutes nos tocs photographiques, enfin, surtout moi…). Marseillaise, Elsa est une vraie fille du sud, un mélange entre Monica Bellucci et Marie Drucker, la brune canon.

On est tout de suite parties dans des discussions tous azimuts sur notre passion commune, les bijoux, les marques qu’on aime bien, l’envie de développer sa propre ligne, les problèmes de fabrication quand on produit très loin, la difficulté de se créer une identité forte, la solitude de la jeune entrepreneuse, le casse tête des photos, bref, tout se qui fait notre quotidien à toutes les deux depuis quelques années. Très vite, Elsa m’a expliqué qu’elle était tombée dans le bijou un peu par hasard, et surtout via sa passion pour la mode.

look1

Elle a commencé sa vie professionnelle comme visiteuse médicale dans de gros labos, ce qui n’a rien à voir. Ce métier loin de son univers l’a lassée assez vite, mais prouve que cette fille est une bosseuse, une vraie commerciale, et qu’elle a un sérieux sens de l’organisation.

Elle fait ensuite deux missions dans la mode, chez Dona Karan et Marithé et François Girbaud, et après son premier enfant, elle décide de changer de vie, et de se consacrer à son activité favorite, qui est d’être depuis toujours la personal shoppeuse de toutes ses copines. Elle lance son premier site, déjà sous le nom Les trouvailles d’Elsa, dans lequel elle déniche les tendances, les bons plans d’achat, et elle écume les ventes privées des grandes marques pour dénicher les fringues de rêve au bon prix. Mais elle se heurte à un problème de rentabilité de son activité et au même moment, à la fin des sites en format flash sur internet. On est en 2006, le début de l’ère des blogueuses, et Garance Dorée qu’elle rencontre un jour à la sortie d’un défilé de mode lors d’une fashion week, lui conseille de faire évoluer son site.

collier-aime bague alexandramagna

Elle se décide alors à monter un site marchand dans la mode, mais elle se rend compte qu’elle n’aura pas les marques qu’elle veut, déjà embarquées en exclusivité sur des gros paquebots comme netaporter.com. C’est là que le destin joue son coup de baguette magique, elle rencontre Magali Pont, la créatrice de bijoux de la marque AIME, marseillaise comme elle. Magali lui conseille de se lancer dans le bijou plutôt que dans la mode, elle en connaît un rayon, elle sait que le bijou est un marché encore facile et ouvert.

Une deuxième créatrice marseillaise entre dans la danse, c’est Stéphanie Jewel. Elsa a le coup de foudre pour ses fins bijoux d’or martelés, et c’est parti. Les trouvailles d’Elsa devient un site multimarques de bijoux, auquel va s’ajouter une marque de sac à succès, Delphine Delafon, et aujourd’hui plein de super jolis bijoux et accessoires, dont mes favoris sont Marie-Laure Chamorel, Pascale Monvoisin, et Gas, marque qu’Elsa porte depuis toujours, en bonne marseillaise qu’elle est !

La notoriété du site s’est faite  par la presse au début, car elle était une des première à vendre du bijou de créateur en ligne avec de jolies photos. Mais aujourd’hui, le buzz s’amplifie grâce à la ténacité d’Elsa à faire vivre son site. Elle est toujours partie du principe qu’il faut donner des idées aux clientes et là où je dis chapeau, c’est qu’elle met en scène son propre univers !

look3

Au début c’est le gag, elle me raconte qu’elle se prenait en photo elle même avec un déclencheur, et qu’elle ne mettait que des photos d’elle tronquées, genre le décolleté avec les colliers et la main avec les bagues. Puis avec le temps, elle a peaufiné ses looks, pris deux assistantes super efficaces Vanessa et Maeva, qui la prennent en photo dans les jolis endroits du quartier.

Le résultat est là, 2 newsletters par semaine, une sur les tendances et les nouveautés, une autre sur les looks, et un site qui est incarné, et qui donne envie de s’acheter un truc nouveau toutes les semaines. Ça marche tellement bien qu’Elsa me dit que certaines clientes achètent l’intégralité des looks bijoux proposés, elle sait faire des mix de styles et marques qui fonctionnent parfaitement. Consécration absolue, Inès de la Fressange herself lui a acheté des bijoux, c’est dire si ça fonctionne !!

Elsa a eu cette obsession dès le départ : «  je voulais gommer l’esprit impersonnel d’internet ». Pari gagné, aujourd’hui elle a un noyau dur de clientes sur la France, elle vend aussi en Europe, et elle continue de répondre elle même à ses clientes par mail ou par téléphone.

look-mini-blanc bleus

Elle est contente de ce qu’elle a développé avec les marques qu’elle distribue, on sent que ses partenariats ne sont pas un feu de paille, et qu’elle accompagne ses créateurs dans la durée, en leur créant un vrai univers, valorisant et personnel.

Dans ses projets, il y a toujours l’envie de découvrir de nouvelles marques, mais pas trop, elle veut pouvoir continuer à bien s’occuper de tout le monde, et aussi développer sa propre ligne au nom des Trouvailles d’Elsa, dans son univers tendance et au bon prix, elle est une acheteuse née qui connaît la valeur d’un produit.

look4

 

Après une heure et demi, je me suis dit comme d’habitude que j’étais trop bavarde et que j’avais un peu abusé du temps d’Elsa. Je l’ai remerciée, mais ce qu’elle ne sait pas à ce stade, c’est que cet échange a agi sur moi comme une sorte de thérapie sur un sujet anxiogène : ne pas avoir peur de sa propre image. Depuis le début de l’ère Facebook, j’ai toujours eu l’impression que balancer des photos de soi était une maladie narcissico-hystérique, le syndrome télé réalité Loana- Kim Kardashian revu par madame tout-le-monde. ( A lire absolument !, ce très bon article sur les effets psychologiques de FB et insta !!)

J’ai réalisé que si Elsa utilise son image sans complexe ni manière, c’est parce que ça a un sens, et que c’est exactement ce que ses clientes attendent d’elle, donner des idées de bijoux et de tenues, faire de jolies images qui donnent envie d’acheter ce qu’elle porte, et incarner sa boutique, et ses choix. Finalement, ce n’est pas si dramatique de diffuser des images de soi, c’est vraiment ce qui personnalise la relation entre un blog ou un site, et ses lecteurs ou clients.

Du coup j’ai demandé à son assistante de prendre une photo de nous deux, que je trouve pas mal, et je me suis dit que foin des faux semblant et des complexes à la noix, finalement je raconte un peu ma vie dans mon blog, alors montrer de temps en temps une image de moi, c’est quand même pas la fin du monde !

Merci à Elsa pour cette interview transformée pour moi en séance de dédramatisation à l’autoportrait, et pour son talent à nous donner envie… d’acheter plein de bijoux !

Share Button

2 réflexions sur “Les images d’Elsa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *