My bright Jewelry Week

imageT jewelryweek

J’aime le mois de juillet à Paris. La ville a la saveur et la chaleur de l’été, mais il y règne une agitation plutôt glamour, en particulier cette semaine dernière, la capitale était le théâtre des présentations haute-couture et haute-joaillerie.

Il y a pire que de passer une semaine place Vendôme, en compagnie des plus beaux bijoux du monde. On y voit des rivières de diamants et des carats de pierres somptueuses, des journalistes blasées, des agents de marques empressés, des attachées de presse stressées, des acheteuses débordées, des blogueuses surexcitées, des serveurs guindés, des tonnes de macarons sucrés, des litres de champagne éventé, des lambris dorés et des parquets cirés. Un monde à part dans lequel j’adore glisser un oeil.

Voilà un petit résumé de ma brillante semaine. Impossible de vous la faire exhaustive, car l’avalanche de carats fait tourner la tête et émousse le goût, mais voilà mes coups de cœur en même temps que mes tribulations, entre job de blogueuse et ambassadrice de la marque Selim Mouzannar pour la France.

Lundi 9 H 30 :

J’arrive au 19 place Vendôme, à l’hôtel d’Evreux. J’ai sur mon dos un Eastpack bourré de bijoux ultra précieux, qui viennent de traverser la Méditerranée en toute discrétion avec moi. Personne ne se doute que je me balade avec un trésor, je passe totalement inaperçue au milieu des paparazzis campés sous l’arche de la porte cochère, qui mitraillent les stars invitées au défilé Schiaparelli. Je fais ma première incursion sur tapis rose fushia sans que cela n’éveille la moindre attention. L’anonymat est pour moi place Vendôme ce que le voile intégral est pour les femmes en orient, il me permet d’être transparente, nickel !

1873846-in-egrave-s-de-la-fressange-lors-du-950x0-2 1873842-meg-ryan-lors-du-d-eacute-fil-eacute-950x0-3

Je trouve enfin l’entrée du salon réservé par Valery Demure, agent super hype des créateurs de bijoux les plus cotés du moment. J’ai peur d’être en retard, je monte 4 à 4 les marches du majestueux escalier de l’hôtel d’Evreux, et je tombe sur l’équipe des girls de Valery, uniforme jean/t-shirt/basket, en train de déballer des paquets dans une atmosphère de tension concentrée. Valery déboule, l’oeil du militaire qui inspecte ses troupes sur le champ de bataille, et m’intime de laisser là mon chargement et d’aller prendre un café, j’arrive manifestement trop tôt.

Je reviens une bonne heure plus tard, des plots en plexi noirs ont étés installés dans chaque salon, on pose les bijoux sur d’élégants carrés translucides, c’est chic et ultra moderne, un contraste parfaitement réussi avec les lambris un tantinet ampoulés de l’hôtel d’Evreux.

VD2 vd1

J’installe la collection haute joaillerie de Selim Mouzannar, dont mes deux favoris sont le collier somptueusement foutrac C’est Beyrouth, inspiré de la légendaire vitalité chaotique de sa ville natale , et du non moins somptueux collier Mediterranéo, explosion de saphirs, turquoises et aigues marines inspirés des camaïeux de la grande bleue, dont je vous ai parlé récemment.

VD4

Tout est prêt pour recevoir journalistes et acheteurs, changement de costume pour le team, Valery apparaît dans une stupéfiante robe de créateur rose bonbon parsemée de fleurs en 3D, the show must go on…

Lundi 18h30 :

J’ai passé la journée à présenter les collections et surtout à papoter avec mes deux colocataires, la créatrice Italienne Federica Rettore, et l’anglaise Alice Cicolini. L’ambiance est gaie et détendue, le team de Valery a le professionnalisme parfaitement maîtrisé des anglo-saxons qui rend tout plus facile. Dans le salon central,  j’ai admiré les bijoux fossiles de Monique Péan dont je suis fan, formes irrégulièrement géométriques qui me font penser à des icebergs , dents de morses et diamants atypiques, voyage énigmatique dans les contrées polaires.

monique1 MONIQUE_P2

Et bien sur, j’ai fait ma cour au beau Fernando Jorge, dont la gentillesse n’a d’égal que le talent. Je me pâme devant lui et devant ses bijoux, je les voudrais tous, c’est vraiment un de mes créateurs préférés, je l’aime, c’est une déclaration !!

VD Fernando2 VD Fernando1

Selim est enfin arrivé, il a fait le voyage de Beyrouth à Paris (en passant vite fait par un petit tour de ski nautique en Grèce, son péché mignon), et il est déjà en train de présenter ses compliments à toutes les femmes présentes dans la pièce, faisant mentir la réputation des Français, les vrais séducteurs sont les Libanais…

Les serveurs ont sorti le champagne, les invités arrivent par grappes, beaucoup de journalistes, je croise Catherine Lévy de la marque Dorette, accompagnée d’un copain Indien très exotique (ouh là précision, c’est Manish Arora, célèbre créateur de mode Indien, je connais rien ! ), charmante dans une robe super rigolote, toujours son look inimitable, cheveux bleus et oeil malicieux qui navigue entre sujets sérieux et blague potache. Rabih Kayrouz est là avec son attachée de presse, la pétulante Flavie, il nous salue chaleureusement avec son sourire ultra-brite qui tue, on babille devant les carats, c’est cool.

saywho

C’est le moment où débarque une sirène carénée dans une robe incroyable brodée de fleurs roses (tendance florale cet été ? je me sens minable avec mon top Zara…) talons vertigineux, coiffure et maquillage de star, grande et hiératique, une princesse suivie de sa cour.

NoorFaresC’est Noor Farès, héritière, libanaise, jeune, belle, célèbre, récemment mariée, et aussi, créatrice de bijoux. Noor nous consent un sourire, et passe, en apesanteur sur le parquet point de Hongrie, retrouver sa collection et ses fans dans le salon central. On la voit poser pour quelques photos devant les lambris, parfaite de naturel devant l’objectif, une princesse qui tient son rang.

Le babillage continue, je retrouve Stéphanie Roger de la boutique White Bird, qui stresse sur l’ouverture prochaine de sa deuxième boutique dans le Marais, Isabelle qui tient avec brio le corner de Selim Mouzannar au Bon Marché, et Virginie, notre infatigable et terriblement efficace attachée de presse.

Selim me met d’office autour du cou le collier Méditerranéo, il parait que ça va parfait avec ma tenue, on fait des photos rigolotes où j’essaie de poser l’air inspiré comme Noor Farès mais peine perdue je suis ridicule, on ne s’improvise pas princesse.

portrait mediterraneoLa créatrice Delphine Deletrez fait une courte apparition, vêtue d’une impressionnante robe de fourrure ? passementerie ? plume ? multicolore, qui l’habille en oiseau des îles. Ce vêtement me semble incongru compte tenu de la température caniculaire qui sévit à Paris. Je me dis que les créatrices it-girls sont encore plus spectaculaires que leurs bijoux, c’est une performance.

21h, les invités se sauvent vers une prochaine soirée, les princesses s’évaporent vers leur carrosse, les journalistes courent à un dîner de presse dans un autre lieu sublime, dur dur de slalomer dans tous ces évènements prestigieux. Nous on remballe, fin de la journée.

La suite de ma bright jewelry week demain !

Share Button

3 réflexions sur “My bright Jewelry Week

  1. Merci pour ce compte rendu! En voila une belle collection, je dois avouer que moi aussi j’ai craque pour les bijoux fossiles de Monique Péan les boucles d’oreilles sont à tomber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *