Email vitaminé

L’automne est synonyme pour moi  de cette partie de l’année où l’on bascule dans la dark face de l’hémisphère nord, ce moment où la lumière se fait la malle vers le sud.

Chacun peut piocher dans sa boite à outil pour affronter cette période de spleen saisonnier : doublement des doses de sport hebdomadaire pour faire le plein d’endorphines, overdoses de chocolat noir, séance quotidienne de luminothérapie, cure de millepertuis, pratique intensive de la méditation, du yoga et du reiki, podcast en boucle de ses humoristes préférés.

Pour ma part, j’ai choisi de croquer dans les fruits d’automne avec les bijoux en émail qui me font de l’œil en ce moment.

Lire la suite

Share Button

Daphine ou les nouveaux business modèles

Il y a mille façons d’envisager de monter son business, mais il y a des tendances qui émergent en fonction de l’environnement technologique, et qui sont promues par des Success Stories retentissantes.

La jolie marque de bijoux DAPHiNE, créée il y a 2 ans à Londres par Damasia Ball et Philippine de Follin s’inscrit dans cette nouvelle génération qui a construit tout son système de vente sur le digital, et en particulier sur Instagram.

Lire la suite

Share Button

Révélations

En ce moment je fais tout lentement, marcher, évidemment, m’habiller, me mouvoir, et écrire dans mon blog. Ce qui explique, sinon excuse, cette tardive rétrospective sur les bijoux exposés au salon Révélations, biennale internationale des métiers d’art et de la création.

J’ai lâché mes béquilles depuis 5 jours, cette liberté retrouvée me donne un sentiment de légèreté qui s’apparente au bonheur, finalement cet état est un concept simple, il suffit que la galère prenne fin pour qu’on le touche au plus près.

Je suis allée visiter le salon le 23 mai, le premier jour d’ouverture, c’était ma première sortie dans un lieu public après un mois et demi d’immobilisation, le soleil brillait sous les verrières du Grand Palais, j’ai été éblouie par cette exposition grandiose qui mettait à l’honneur les créations d’artisans au savoir faire unique.

Lire la suite

Share Button

L’amour à rebours

Le kitch de la Saint Valentin est un marronnier inépuisable que je ne me lasse pas d’effeuiller.

Au début de l’année, je me débats invariablement avec un spleen gris, ciel de traine de la crise existentielle que je traverse pendant l’entre-deux fêtes et dont l’épicentre se situe le soir du 31 décembre.

Quand j’émerge de cette période éprouvante, je vois la perspective d’une fête des amoureux comme la réplique de la secousse du réveillon. Au pire de l’hiver, c’est un événement de joie programmée, exploité médiatiquement et commercialement.

Lire la suite

Share Button

Christmas & Goodbye !

Bientôt Noël, le 3ème avec les Précieuses et c’est à ce moment que je me prends en flagrant délit de radotage.

Mon passage à vide entre Noël et le 1er de l’an est plus qu’une habitude, c’est devenu une répétition, une faute de goût, un rituel névrotique.

A partir du 23 décembre et jusqu’au 2 janvier, je ne suis plus qu’une dinde aux marrons, un foie trop gras et un cerveau qui baigne dans la crème pâtissière de la buche.

C’est pas une raison pour se laisser abattre et ne pas chercher le cadeau de ses rêves ! 

Lire la suite

Share Button

Lovingstone aux Tuileries

Les mêmes causes reproduisant les mêmes effets, je pourrais vous raconter indéfiniment mes salades sur la Fashion Week…

Les 12 rendez-vous qu’on essaye de caser dans une journée de 8h, l’iPhone en surchauffe qui rend l’âme à 12h, le cabas de Mary Poppins qui pèse 12 tonnes (ordi, appareil photo, trousse à make-up, recharges en tous genres…), les 12 minutes de retard réglementaires à tous les rendez-vous à cause de cette maudite Anne Hidalgo qui a fermé les quais, les 12 millions de Amazing prononcés pour ponctuer son enthousiasme devant ce que l’on vend ou ce que l’on achète… bref, un tourbillon hystérique dont je sors inévitablement essorée.

Lire la suite

Share Button

Medusa ou la fascination des tabous

Quand j’ai vu l’affiche de l’exposition Medusa partout dans Paris, une bouche sertie de rubis carmins ouverte sur un sourire de perles fines, j’ai compris qu’il s’agissait de bijoux, mais traités d’une manière plus subversive que d’habitude.

Parce que le bijou est à priori sage et convenu, rassurant et beau. Mais là, c’est la face cachée du bijou qui est sur le devant de la scène, mis à nu et décortiqué, sa face sulfureuse et profonde qui claque comme le sous titre de l’expo : bijoux et tabous.

Lire la suite

Share Button

Il faut dire je t’aime

Il faut dire je t’aime.

C’est pas de moi mais de l’inénarrable Gérard, le créateur de la très espiègle marque Mimilamour.

Marque que j’aime et que j’adore, je le dis haut et fort.

C’est un peu ça l’idée de la fête des mères. Dire à sa mère qu’on l’aime en lui offrant un cadeau.

Lire la suite

Share Button

Diamonds are a girl’s best friends

colliereclat 

The french are glad to die for love

They delight in fighting duels

But I prefer a man who lives

And gives expensive … Jewels

 

A kiss on the hand may be quite continental

But Diamonds are a girl’s best friends

Lire la suite

Share Button

Voyage au pays des Maharajahs

aigrette copie

Mercredi dernier, je suis allée voir l’exposition « Des grands Moghols aux Maharajahs, Joyaux de la collection Al Thani » au Grand Palais.

Un pur moment de bonheur, et en plein Paris, un voyage dans Alice au Pays des Merveilles, une incursion dans la caverne d’Ali Baba et les 40 voleurs, un rêve digne des Mille et Une Nuits.

Lire la suite

Share Button

La vie en rose

Pink14

Impossible d’entamer ce printemps 2017 sans passer par la touche rose.

Cette couleur est ambivalente.

En hiver, dans la lumière froide, elle est absolument hors de propos, cucul la praline, mièvre, proche du ridicule, bref, à l’eau de rose, comme les bouquins de Barbara Cartland.

Lire la suite

Share Button

Fashion Week Surmenage

imageT AMAL

On est le 24 mars.

Mon dernier post écrit, le portrait de Caterina Murino, (la James Bond girl qui fait des bijoux) date d’il y a 2 mois.

Entre temps, je suis allée à Beyrouth, je suis revenue, je suis partie au Mexique, je suis revenue, j’ai fait la Fashion week parisienne, j’en suis revenue, je suis partie à Londres, et ouf, c’était vendredi, là je suis de retour à Paris.

Lire la suite

Share Button

Débrief Paris Couture Week

imageT chanel

Paris Couture Week , c’était la semaine dernière.

Défilés haute couture époustouflants, haute concentration de people de la sphère fashion à Paris, et présentations de la haute joaillerie par les grandes marques de la place Vendôme. Que tu top, du gratin, la crème de la crème.

Au grand désespoir des grandes maisons, de Chanel à Dior en passant par toutes les autres que je ne citerai pas, je n’ai pas pu y être. J’avais un mariage à Honolulu.

Lire la suite

Share Button

Adieu 2016, Welcome 2017 !

imaget-camee

Dans cette image, il y a plusieurs choses.

Une invitation évidente à tourner le dos à 2016 : année horribilis pour François Hollande et Alain Juppé, pour les journalistes qui ne croyaient ni au Brexit ni à l’abominable Trump, pour une bonne partie des français plongés dans un spleen chronique, et pour la France dans son ensemble meurtrie par la sauvagerie terroriste et plombée par un pessimiste paralysant.

Lire la suite

Share Button

Back to the Choker

choker3

A l’arrivée de Noël mon cerveau se brouille.

Ça n’est pas bon du tout, parce que coté business, il vaut mieux avoir les idées claires sur la plus forte saisonnalité de l’année en matière de vente de bijoux.

Alors j’essaye de compartimenter. A titre professionnel, je continue de garder la tête sur les épaules, à sélectionner les bijoux qui me plaisent, à analyser les tendances, à trier et à sélectionner.

Lire la suite

Share Button

Piquée de broches

broche2

Très récemment, je me suis réveillée avec l’envie furieuse de porter des broches.

Vous savez, le genre de pulsion aussi soudaine qu’irrépressible, venues on ne sait pas trop d’où, genre les envies de fraises qu’ont les femmes enceintes.

Lire la suite

Share Button

A ne pas manquer : Précieux brutal

mini-moi

La galerie miniMASTERPIECE expose depuis hier un artiste qui fait des bijoux uniques et magnifiques, Jean Grisoni, sur le thème Précieux brutal.

Il faut absolument passer au 16 rue des Saint Pères, pousser la porte cochère, et entrer dans cette jolie cour parisienne dans laquelle se niche la minuscule galerie créée par Esther de Beaucé, la bien nommée miniMASTERPIECE .

Lire la suite

Share Button

My SS 17 Jewel Week

 

imaget-fashionweek2

Si je vous dis, des kilomètres dans un Paris centre total embouteillé, triangle d’or, chaud-froid mortel, tenue impeccable exigée même avec des baskets aux pieds, manucure fraiche obligatoire, 20 000 mots/jour (sur une moyenne perso de 7000…) et iPhone en surchauffe, vous me dites quoi ?

Fashion week of course.

En ce qui me concerne, c’est plus précisément la Jewel Fashion week, les bijoux étant une rubrique spécifique de cette semaine internationale de la mode.

Rubrique d’ailleurs en passe de devenir un sujet majeur, suite au saucissonnage hyper médiatisé de cette malheureuse (!!) Kim Kardashian pour cause de vol de diamants hors de prix…

Lire la suite

Share Button

Opale, Âme sœur

opale-bisJ’ai toujours regardé avec circonspection les informations sur le pouvoir des pierres.

Au risque de faire hurler les aficionados, en clair, lithothérapie a toujours été pour moi synonyme de foutaises !

Qu’on puisse absorber les mauvaises ondes ou débloquer ses chakras grâce à une pierre me fait sourire, j’ai l’impression de céder au piège du charlatanisme, et je suis aussi imperméable à ce genre de promesse qu’aux discours d’une voyante, aux prédictions hasardeuses d’Elizabeth Tessier, ou aux incantations ésotériques d’Arielle Dombasle.

Lire la suite

Share Button

Back to « Sur-Mesure »

imageT guerlain girardon

Quand j’étais petite, je me félicitais d’être née dans une époque formidable, époque où les médecins guérissent les maladies terrifiantes à coup d’antibios, les dentistes endorment la bouche avant de soigner une dent, et les machines tournent toutes seules pour éviter aux mamans d’aller s’éreinter le dos au lavoir.

Par la suite, j’ai eu moult occasions de me féliciter toujours et encore de mon époque et du formidable confort de la modernité : la péridurale pour ne ressentir que le bonheur de mettre au monde deux merveilles, l’avion pour le rêve de se projeter au bout du monde en 10 heures, le botox pour ne pas ressembler à un sharpay après 40 ans, Zara pour s’habiller chic et pas cher…

Mais depuis peu, je pense que cette idée qui veut que le temps suit un programme d’amélioration linéaire, et que ce que nous vivons aujourd’hui est mieux qu’hier, est en cours d’obsolescence.

Lire la suite

Share Button